Thérapies contre le tabagisme

Aide au sevrage tabagique et à la prévention des rechutes

Pour remplir cette tâche de santé publique, les médecins disposent de plusieurs méthodes de luttes contre le tabagisme, pour ne citer que les principaux :

  • L'acupuncture,
  • L'auriculothérapie,
  • L'homéopathie,
  • La phytothérapie,
  • La psychothérapie,
  • L'hypnose.

Actuellement, outre les thérapies précitées, les traitements chimiques disponibles d'aide au sevrage tabagique sont de deux sortes.

1°) Le traitement nicotinique de substitution (TNS)

Il existe 4 modalités d'administration : système transdermique (patch), gomme, pastille sublinguale et inhaleur.
La durée de prescription du traitement varie entre 6 semaines et 6 mois pour un coût moyen mensuel de 62 euros.

A partir du 1er février 2007, l'Assurance maladie rembourse ces traitements nicotiniques de substitution, pour un montant maximum de 50 euros par an.
Les études cliniques montrent que l'utilisation d'un TNS augmente le taux d'arrêt (de 10 à 18 % selon que l'on utilise ou non un TNS), ce qui double presque les chances de s'arrêter de fumer.

2°) Les médicaments d'aide au sevrage tabagique

  • Le bupropion est le seul traitement actuellement disponible pour un coût moyen mensuel de 100 euros (ZYBAN LP).
  • La varénicline a obtenu le 26 septembre 2006 son autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne (CHAMPIX).

La varénicline agit de façon sélective en se fixant sur le même récepteur cérébral que la nicotine. Elle stimule ainsi ce récepteur, entraînant une libération réduite de dopamine.
Un effet qui atténue à la fois l'envie de fumer et les symptômes du sevrage associés à l'arrêt du tabac (irritabilité, troubles du sommeil, anxiété…).

Il n'y a pas d'effets secondaires majeurs.
Fréquemment observés ; céphalées ; rêves anormaux ; insomnie, nausées…
Les nausées sont réduites par la prise au cours des repas.

Sa prescription doit être accompagnée de soutien psychologique, de mesures nutritionnelles et d'hygiène de vie pour la réussite thérapeutique.

Quelques mots sur le sevrage par les timbres (ou patchs) à la nicotine et les gommes à la nicotine que je suis amené à préconiser dans ma méthode de sevrage du tabagisme.

Timbres et Gommes à la nicotine

Si on décide d'appliquer ce mode de sevrage, il est essentiel d'analyser la dépendance du sujet et bien analyser la personnalité du fumeur.

On distingue deux types de fumeurs :

1°) Pour les fumeurs qui cherchent l'agrément à la montée du taux de la nicotine dans le sang, on dit que leur dépendance à la nicotine est gouvernée par les renforçateurs positifs, c'est-à-dire : ils cherchent à atteindre plus ou moins rapidement les pics de nicotine dans le sang.

Il semble que chez eux, l'utilisation des gommes à la nicotine soit plus efficace que celle des patchs pour le sevrage.

2°) Tandis que pour les fumeurs qui éprouvent des symptômes désagréables quand leur taux de nicotine baisse dans le sang, leur dépendance à la nicotine est donc gouvernée par les renforçateurs négatifs, c'est-à-dire : ils cherchent à maintenir le plus possible un taux de nicotine à peu près constant dans le sang.
Ce sont des fumeurs qui allument cigarettes sur cigarettes et qui fument dès le matin.

Il semble que chez ces derniers, l'utilisation des timbres à la nicotine soit plus efficace que celle des gommes pour le sevrage.

La prescription simultanée (timbres et gommes) n'est pas autorisée en France.

En tout état de cause

Le traitement de substitution nicotinique (par les timbres ou les gommes à la nicotine), ne doit être employé que chez le fumeur réellement motivé pour le sevrage. Il agit principalement sur la dépendance physique.

Car l'utilisation des patchs ou des gommes, alors que le sujet continue de fumer représente un danger pour le coeur car la nicotine atteindrait des taux très élevés dans le sang.

Le taux de réussite a été démontré dans une étude de 50 essais portant sur 8.000 sujets.

A court terme : 50% de réussite.
A long terme, elle est moins nette (10 à 20% à 12 mois).

C'est pourquoi, pour des personnes qui voudraient tenter un sevrage tabagique, nous proposons un traitement doux, sans danger par l'acupuncture, l'auriculothérapie, la laserthérapie, la sophrologie, l'hypnose médicale… ou parfois l'association alternative de ces techniques médicales.

Plan d'accès

Actualités

Aucune actualité pour le moment